fbpx

Les promoteurs l’ont dénommée Parades Littéraires : une initiative fortement accueillie, lancée officiellement ce 16 juin 2018 à l’Espace Mayton à Abomey-Calavi.

Dans le principe, les parades littéraires ont pour vocation entre autres, d’amener le lectorat à la rencontre des écrivains, dans une démarche de promotion des œuvres par le rapprochement des tenants et aboutissants. Pour ce premier numéro, l’écrivain Habib Dakpogana été au centre des discussions.

« Donc, tous les deuxièmes samedis du mois à 10h précise se tiendra ici, à l’Espace Mayton, les nouveaux numéros de cet événement » déclare Mlle Chancelline Mevowanou, Directrice de l’activité, selon qui Les parades littéraires de la bibliothèques MIN NOU constituent une initiative visant à promouvoir les auteurs Africains et leurs œuvres, chacun autour d’un débat littéraire afin d’aiguiser les esprits des jeunes sur les avantages de la lecture. Une sorte de parade initiée par   l’Association pour la Promotion des Artistes au Bénin (APRODAB), qui va bientôt être source d’approvisionnement de l’univers culturel et artistique au Bénin.

Samedi, journée de repos (normalement), c’est un public assez diversifié et surtout important en terme d’effectif, qui s’est déplacé pour soutenir l’événement. A 10 heures précises et conformément au programme, l’activité a démarré par la lecture d’un extrait d’un recueil de nouvelles (Etha contest) écrit par Habib Dakpogan et paru aux éditions plurielles au Béninavant que, pendant un peu plus d’une heure, Habib Dakpogan ne se livre au public en apportant des réponses aux questions curieuses du maître de cérémonie.

Le public à la découverte d’Habib Dakpogan
La deuxième partie de cette matinée littéraire consacrée à la découverte de l’auteur, Habib Dakpogan, écrivain poète romancier et nouvelliste a plutôt été passionnante aux yeux du public. Etha contest son dernier ouvrage (un recueil de nouvelles de 259 pages) rendu public en janvier 2016et présentant 8 productions différentes a été l’une des attractions de l’activité. Chacune des nouvelles a été mise en exergue et confrontée à la personnalité de l’auteur lui-même. Il en ressort qu’Habib Dakpogan est un écrivain, très sensible à la misère des peuples, et révolté par les pratiques de mauvaises gouvernance. Cependant, sa démarche est d’écrire dans un style qui déclenche le rire , ces choses graves et parfois tragiques. Le célèbre écrivain, n’a pas eu d’autre choix que de se laisser découvrir face un inventaire de questions assez pointues à lui, dextrement adressées par l’animateur Fabroni Billi.


Et la communication de
Giovanni Houansou pour boucler
En fin de débat, une communication a été conduite sur le mécanisme de détection des talents littéraires au Bénin.  » Au Bénin la détection des talents littéraire est beaucoup plus portée par les personnes morales privées commerciales et non – commerciales  » a fait savoir Sèdjro Giovanni Houansou, auteur dramatique, acteur et metteur en scène béninois, avant d’énumérer quelques organismes, qui s’investissent efficacement dans le domaine. Il a convié alors tous les jeunes à s’organiser autour du travail, s’extérioriser et à postuler aux opportunités pour se donner une chance de démarrer une carrière dans l’écriture. Une série de conseils de l’écrivain a mis un terme à l’évènement.

Richmond Dakpogan

Benincréa

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *