fbpx

LES ECHOS DES RECREATRALES : Prix Gabrielle von Brochowski

La Fondation Gabrielle von Brochowski a décerné un prix lors des Récréâtrales 2018. Son coup de cœur est la pièce « Que ta volonté soit Kin » de Sinzo Aanza, mise en scène de Aristide Tarnagda.

Le prix Gabrielle von Brochowski de 3000 euros permettra de contribuer à l’écriture de la prochaine pièce de Sinzo  Aanza dont le titre provisoire est « Plaidoirie pour vendre le pays ».

La Fondation se propose aussi de suivre l’évolution du nouveau texte du bénéficiaire du prix tout en fédérant d’autres structures et artistes telles l’Institut Français, le CDN de Caen  et Hassan Kouyaté.

Synopsis « Que ta volonté soit Kin » 
Kinshasa. Bruits et rumeurs de la vie. Chœur de bavardages. Sur une avenue, deux filles, Lily et Sophie qui vivent dans la rue et un gendarme dont le nom est tout un programme, Pilate. De la rencontre improbable de ces personnages, le jeune auteur congolais orchestre un spectacle plein de poésie et d’humour et une réflexion sur la capacité du rêve à détrousser le monde de sa misère. C’est un portrait au creux de Kin, une cité sans foi ni loi où le religieux est dans toutes les sauces, et Dieu, dans toutes les bouches.

Sophie évoque Michel, son amour. Surgit le capitaine Pilate qui veut les faire déguerpir. C’est là que Lily s’empare de la romance de Sophie pour tresser un récit qui donne corps au rêve, une fiction dans laquelle Sophie retrouve son Michel et Pilate s’invente un destin. Mais à Kin, les rêves sont parfois inachevés…

Critère du prix 
Ce prix est décerné à un artiste émergent, vivant en Afrique, qui par le regard qu’il jette sur la société contribue à la transformer

Toute l’équipe  de Benincrea , félicite l’auteur , ainsi que lequipe des Récréâtrales
Source : les Récréâtrales  (Ouagadougou)
(C) Image : RFI
——————
Toute l’équipe  de Benincrea , félicite l’auteur , ainsi que lequipe des Récréâtrales.

2 Comment

    • Gufflet -

    • novembre 11, 2018 at 09:17

    Je lis avec attention vos publications et devrais certainement me rendre à Cotonou à l’occasion.
    Je suis étonné du qualificatif utilisé pour la pièce de Sinzo.
    En français de France, mielleux est péjoratif. Mais peut-être il n’en est pas de même au Bénin et en Afrique de l’Ouest… En toute amitié.

      • Soleil -

      • novembre 12, 2018 at 12:25

      Merci pour votre commentaire. Le mot, vous avez raison peut être vu sous l’angle péjoratif. Alors nous venons de le mettre entre griffe. Soyez certain que pour nous ce que nous véhiculons comme idée c’est la fluidité et la beauté de la langue chez l’auteur.
      Sachez que vous pouvez aussi participer à tout ce que nous faisons, ce serait toujours un plaisir pour nous d’obtenir des apports.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *