La Fabrik, laboratoire de recherche artistique du Togo accueille jusqu’au 22 Mars 2019, « Fabrique de Fictions, 1ere Ed ». C’est une rencontre internationale d’écriture dramatique et de création à Lomé, au cours de laquelle des auteur.rice.s dramatiques sont reçus en résidence pour inventer une histoire de fiction sur des sites de l’espace public Loméen. Comment se dérouleront les activités ?  Quelle est la particularité de cette première édition ? Le directeur Stan Sitou nous en parle dans cet article Reg’arts.

 

1.

A travers cette rencontre, nous entendons remettre le « patrimoine urbain agonisant » au centre du processus de création artistique, tel est l’objectif de La Fabrik – Laboratoire de recherche artistique du Togo en initiant ce projet. Comment donner la parole au patrimoine urbain ; oser fabriquer la fiction avec les réalités qui sont les nôtres, celles de l’époque des jeunes créateurs qui portent le rêve de réinventer le présent au futur antérieur de l’écriture dramatique ? Nous avons envie de faire de la réalité du territoire urbain qu’est Lomé, le point de départ de la fiction théâtrale. C’est ça l’objectif de base.

 

2.

Conformément à nos objectifs de départ, nous allons accueillir en résidence d’écriture pour deux semaines à Lomé, des auteur.rice.s dramatiques. Ces derniers auront pour tâche l’invention d’une histoire de fiction dont l’action se déroule dans un site quelconque de l’espace public Loméen. D’abord il y a une phase d’exploration où ils iront à la rencontre de plusieurs lieux. Ils prendront le temps de la visite et pourront en choisir un, qui leur « parle ». A partir de cet instant ils pourront revenir dans ce lieu plusieurs fois s’ils en ont besoin et commencer à imaginer leur fiction.

 

3.

C’est d’ailleurs une fierté pour nous, de nousréunir enfin sur ce terrain qui se présente au-delà de nos faiblesses et nos frontières individuelles. Après dix ans de travail et d’amitié, nous partagerons avec nos hôtes, jeunes auteurs, qui ont accepté se joindre à nous, une célébration de la littérature dramatique dont le territoire urbain sera la première contrainte pour inventer la fiction.

 

Pour cette toute première édition, nous avons fait appel à :

  • Sarah Mouline de Maroc/France: Fondatricede la compagnie « Si ceci Se sait », Sarah est autrice dramatique. Elle a écrit plusieurs textes et poèmes dont ‘’Votre Sang n’a pas l’odeur du jasmin’’, texte lauréat de l’aide à l’écriture dramatique de l’association Beaumarchais-SACD et Lauréat dans la catégorie littérature dramatique d’ARTCENA (2018). En parallèle à ses travaux d’écriture, elle fait partie du comité de rédaction de la revue en ligne du mouvement Transitions  qui réfléchit sur nos usages de la littérature et sa transmission.
  • Mawusi Agbedjidji du Togo: est titulaire d’un Master 2 – Mise en Scène et Dramaturgie  à l’université Paris 10 Nanterre, et d’un DEUG 2 en Anthropologie. Il a participé à plusieurs travaux pratiques avec David Lescot, Ludovic Fouquet, … et également en jeu d’acteur, scénographie et en performance théâtrale. Recensement, il a participé au Forum des nouvelles écritures dramatiques européennes, Festival d’Avignon et est Lauréat du programme Visa pour la création 2019 et désormais chevalier de l’ordre des arts et des lettres de Lomé
  • Giovanni Houansou du Bénin, auteur dramatique et metteur en scène, fondateur de l’association SUDCREA et de plusieurs dispositifs artistique au Bénin. Son texte« 7 milliards de voisins » en 2012, publié aux éditions Plurielles et l’un des plus joués au Benin, aujourd’hui. Les années suivantes, ses pièces Courses au Soleil, (2015) et La rue bleue(2016) sont remarquées dans la présélection du Prix RFI Théâtre. Mais en 2018, son texte Les Inamoviblesqui explore des zones moins visibles des migrations Sud-Nord est lauréat du Prix RFI 2018. Sèdjro se définit comme un auteur très engagé à « écrire l’Afrique socio-culturelle et politique »,

 

Ils sont tous engagés avec nous dans le processus de développement du théâtre au service de la société, au service du patrimoine urbain de Lomé; pour assister et partager avec nos jeunes leurs expériences en matière d’écriture et les donner des conseils sur les axes de réussite dans ce domaine de l’art. C’est déjà pour nous, une touche particulière.

De gauche à droite, Mawussi Agbédjidji, Stant Sitou, Sarah Mouline, Sedjro Giovanni Houansou photo : Segnon Hodin

5.

Au programme de cette première édition, nous avons prévu :

  • une résidence d’écriture, à la découverte des lieux choisis dans la ville pour être la base de l’acte d’écrire,
  • une rencontre avec des scolaires ; Lycée de Tokoin, Collège St Joseph, Lycée Français et Collège Protestant. Trois pièces en lecture-discussion
    • (Transe-maître(s), de Mawussi Agbédjidji / Ed. Théâtre 2018 / Prix des Journées des auteurs de Lyon, Lauréat Aide à la création Artcena 2018.
    • Les Inamovibles, de Giovanni Houansou / Ed. Tapuscrit / Prix RFI Théâtre 2018.
    • Notre sang n’a pas l’odeur du jasmin, de Sarah Mouline / Lauréat Aide à la création Artcena 2018; Aide à l’écriture dramatique Beaumarchais – SACD  ;
  • une soirée de restitution à la découverte des textes en cours d’écriture / mise en voix le 22 mars 2019 à 20h à l’Institut Français du Togo.

C’est avec beaucoup de bonheur que je lance cette première édition du festival-résidence La Fabrique de Fictions de Lomé. Vous êtes invités !

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *